Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Dream to live clean?

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt.

FLASH INFO
Cliquez sur la photo pour signer la pétition
Cliquez sur la photo pour signer la pétition
Cliquez sur la photo pour signer la pétition

En 2018, la première édition du Salon International des Droits de l’Homme a été organisée par la société civile togolaise sous le leadership de l’ACAT-TOGO (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, antenne du Togo. La présente édition qui a pour but de faire connaitre à la population les organisations de la société civile et leurs œuvres dans la cité vient à point nommé car coïncidant avec la célébration des 70 ans de la déclaration universelle des Droits de l’Homme, et les 20 ans de la déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des Droits de l’Homme.

La COFET a participé à toutes les activités de ce salon qui ont duré 4 jours, du 13 au 16 décembre 2018 à l’Agora Senghor de Lomé. Parmi les activités, on pourra citer la foire d’exposition des outils et documentations de ces organisations. La COFET des réalisations et documentations de ses organisations affiliées. Elle a aussi produit plus de 300  flayers qu’elle a distribués aux visiteurs.

En dehors de l’exposition de documentations, dans la ligne des conférences, la présidente de la COFET, madame Honorine HONKOU a animé le samedi, 15 décembre dans la matinée un panel sur le thème : « LES DROITS D’ACCES DES FEMMES TOGOLAISES A LA JUSTICE : MYTHE OU REALITE ? ».

 Dans son exposé, elle a eu à :

  • Faire le point sur les problèmes rencontrés par les femmes togolaises en termes de justice ;
  • Répertorier les difficultés rencontrées par les femmes dans le traitement juridique de leurs dossiers ;
  • Et proposer des approches de solutions pour mieux appréhender la question d’égalité de justice entre genres.

Cette séance a donné l’occasion à tous les acteurs de la société civile et les Partenaires Techniques et Financiers présents de plancher sur cette question d’accès des femmes togolaises à la justice en vue de réorienter les actions dans l’espoir de rétablir les femmes dans leurs droits d’accès à la justice.